Tout a commencé il y a quelques mois, lorsque j’ai eu l’occasion d’acquérir un petit métier à tisser transportable appelé un i-loom en anglais, ou métier en forme de I. On en trouve assez facilement sur des plateformes comme Etsy, dans des matériaux divers comme le bois, le contreplaqué, le plastique… Je précise donc que je n’ai pas inventé l’idée 🙂

Mais j’avoue avoir été un peu déçue par la qualité de fabrication de celui que j’avais reçu (surtout les finitions), et le métier venait de Grande-Bretagne donc cela faisait pas mal de kilomètres à parcourir (même si j’ai vu pire)… J’ai donc proposé à un collègue menuisier de me fabriquer un prototype amélioré.

Je vous laisse le découvrir dans la vidéo ci-dessous :

Le métier Inis est donc un petit métier transportable, qui permet de tisser des tissages muraux, des pochettes, mais aussi des bandes (pourquoi pas pour des bracelets ?). Vous pouvez aussi assembler plusieurs tissages ensemble pour créer une pièce plus grande. Son petit format (environ 23 x 27 cm) permet de l’emmener partout, de le glisser à plat dans un sac avec quelques petits fils. Sa petite taille et sa barre verticale courbée le rendent facilement maniable, même par des petites mains.

Il est fabriqué à Brest avec des chutes de bois de chêne ou de châtaigner, que mon collègue récupère et recycle pour fabriquer ces petits métiers, en les découpant et les ponçant un par un.

Je vous explique dans cette seconde vidéo l’installation de la chaîne, avec les explications de base : noeud, choix de fil, ourdissage, erreurs à éviter…

C’est vraiment la 1ère fois que je fais des vidéos donc je fais appel à votre indulgence ! Presqu’aussitôt après avoir terminé la vidéo ci-dessus, je me suis dit qu’il y avait une autre manière d’installer la chaîne, plus adaptée aux enfants et à l’utilisation de gros fils fantaisie, de boucles, de rubans, de fibre à filer… Voici donc une autre vidéo complémentaire :

Et une photo de la 1ère chaîne installée (la bleue) :

Puis le tissage en cours…

Et les deux chaînes installées, pour comparaison :

A gauche une chaîne installée dans chaque dent du métier, à droite dans une encoche sur deux

Et pourquoi le nom Inis (qui se prononce plutôt « Iniche » !) : je cherchais un nom commençant par un I, mais les noms de déesses étaient un peu trop grandiloquents à mon goût ! Puis j’ai reparlé récemment de notre séjour à Inis Mor, l’une des îles d’Aran en Irlande… et je passerai bientôt le solstice d’hiver sur l’île de Sein. Enez, île en breton, ça ne collait pas, mais Inis, île en irlandais oui ! Un clin d’oeil à ma fascination pour les îles, et au côté facilement transportable du métier 😉

A bientôt pour d’autres tissages !

NB : j’avais prévu une 1ère commande de 10 métiers auprès de mon collègue, qui ont tous trouvé preneur avant même que je les mette en ligne dans ma boutique Etsy. Je commence donc une liste pour les personnes intéressées par la prochaine livraison, n’hésitez pas à me contacter si le métier Inis vous intéresse, merci ! (Le prix de la première livraison était de 30€ mais il est possible que mon collègue réajuste son prix en fonction du temps passé à cette première livraison.)

Pin It on Pinterest