5 mois… Eh oui, plus de 5 mois sans un article, je crois que je n’avais jamais été silencieuse si longtemps. Pour tout vous dire cet article a même failli s’appeler « merci ! salut ! au revoir ! à plus ! » ou « pause très prolongée et indéfinie… ». Tout m’est passé par la tête, arrêter, ouvrir un autre blog et redémarrer de neuf et même sous un autre nom, lancer une nouvelle refonte parce que c’est trop ceci, pas assez cela, que j’ai jamais fini tel truc, que j’aimerais ci et mieux ça (ah le perfectionnisme !)…

J’étais pourtant bien partie en janvier, je vous ai laissés en début d’année avec l’annonce du festival « Des Fibres Aux Fils » que nous organisons avec notre asso « Les Fibrophiles » (pas mal le nom hein ?), une première rencontre d’éleveurs de mohair et un stage de tissage… puis silence. La liste des articles à écrire qui s’allonge, le temps qui s’écoule si vite, et au bout d’un moment, la sensation de ne plus savoir comment s’y remettre : un peu comme quand vous n’avez pas appelé ou écrit à une personne depuis si longtemps que vous ne savez plus comment reprendre contact ensuite… Et puis cette impression d’être la tête sous l’eau sous mille tâches en permanence, de tenir tout juste, de risquer de vous perdre en route si vous vous rajoutez encore la pression d’un truc de plus à faire, ça vous dit quelque chose ?…

Et finalement, quand on a caché assez longtemps la question « site&blog&boutique en ligne » sous le tapis, qu’on croit qu’on est bien partie pour lâcher l’affaire, et surtout qu’on n’aura plus jamais le temps pour ces pages d’écriture virtuelles, un petit quelque chose revient… L’envie de dire tout ce qui s’est passé pendant cette période de retrait de la toile, et de partager de nouveau, différemment, avec un regard et des perspectives neufs.

Le difficile d’abord : trois fausses couches l’année dernière, que j’ai mis du temps à digérer, beaucoup de temps. Vous serez sans doute surpris que je le mentionne ici, moi qui parle si peu de ma vie personnelle sur Internet… mais j’aimerais juste dire ceci : oui, la réponse la plus courante et un peu toute faite, c’est que les fausses couches précoces c’est très courant, que ça arrive à de nombreuses femmes (« il devait y avoir un souci quelque part donc la nature est bien faite, allez ça marchera la prochaine fois etc… De toutes façons c’était si tôt, c’était pas encore quelque chose hein ?… »)
Mais ça n’enlève pas la peine, les interrogations, un deuil à faire en solo et en duo parce qu’il était trop tôt pour en parler (les fameux 3 mois !), et puis si vous n’aviez pas encore dit que vous étiez enceinte, vous n’allez pas annoncer que vous ne l’êtes plus ?… Un silence qui pèse lourd donc, sur les épaules de la jeune maman que je suis encore, avec d’autres difficultés et soucis qui ont fait de 2015 une année particulièrement difficile.

Et là, en janvier justement, au moment où je « lâche l’affaire » et où je me dis que tant pis, ma petite fée sera peut-être fille unique finalement, que j’en ai ras la casquette de ces hauts et bas et que je passe à autre chose (reprise d’études ?)… je suis enceinte de nouveau…. Et… Ca tient. « Ca » tient même tellement bien que c’est parti pour plus de 2 mois et demi de nausées 24h/24, notamment accentuées par l’ordinateur (bizarre ces vertiges et cette sensation d’être à l’horizontale, si si !), et que je tiens tout juste le coup entre le boulot et les préparatifs du festival, laissant un peu mon précieux atelier de côté.
Les semaines et les mois passent, et une autre petite fée nous rejoindra donc en octobre, cette fois c’est dit

:)

Me voici donc de retour par ici, des idées plein la tête et les doigts, des choses à vous montrer, à partager, à expliquer… Toujours entre chemins sacrés, thérapeutique et créativité !

J’ai profité de ce début d’année pour me former : à la couture tout comme l’année dernière, ce qui m’est très utile pour utiliser mes tissages comme tissus et les coudre, et faire plein de choses utiles…

Première pochette !

Première pochette !

Et à la vannerie… Un rêve de longue date, un coup de coeur immédiat pour l’osier, cette matière souple et vivante à la fois, qu’il faut apprivoiser avec souplesse et fermeté…

Mon premier panier !

Mon premier panier !

Tout n’est pas facile loin de là, mais je retrouve ce rythme un peu hypnotique que j’aime tant dans le tissage, dessus, dessous, devant, derrière… Un tissage en 3 dimensions en somme ! Mon idée fixe derrière l’apprentissage de la vannerie est de réussir à créer des paniers un peu féériques, mi panier mi nid d’oiseau, mélange de végétal et de fils…

Voici un premier essai avec des fils épais et texturés qui m’a beaucoup appris, et il me tarde de continuer !

Premier essai

Premier essai de vannerie et de fils mêlés

Un petit zoom...

Un petit zoom…

Aussi joli dehors que dedans !

Aussi joli dehors que dedans !

J’ai aussi suivi beaucoup de cours en ligne, sur le filage, sur la créativité, sur les mythes et le féminin, l’herboristerie… Je prépare une série spéciale d’articles sur ces sujets car certaines formations sont vraiment des pépites et m’ont énormément apporté. J’ai trouvé de véritables inspiratrices qu’il me tarde de vous faire découvrir !

Je vous laisse pour ce soir car le festival est dans moins d’une semaine (en fait dans une semaine, il sera même terminé !) et j’ai encore beaucoup à faire…  A très vite donc !

Vous ne voulez pas manquer la suite ? Inscrivez-vous à la newsletter…

Pin It on Pinterest