Je vous avais déjà parlé de Susan Fletcher lors de ma lecture de son précédent roman, « Un bûcher sous la neige » : j’avais eu un énorme coup de coeur pour cet écrivain, et j’ai donc sauté de joie en découvrant l’été passé son dernier roman sur les étagères de l’une de mes librairies préférées, alias La Berlue à Florac ! Solenne me pose l’histoire en deux mots : la légende d’un homme poisson, une île, un homme échoué sur le rivage et qui ne se souvient plus de rien… Stop, n’en dis pas plus, je le prends 😀

J’ai donc plongé littéralement dans cette lecture. La plume de Susan Fletcher est une nouvelle fois saisissante, excellant tant à dépeindre les paysages sauvages, l’océan et son univers, qu’à nous faire entrer dans l’intimité des insulaires par d’infimes détails si réalistes et touchants, ou encore à nous faire vibrer de toutes les émotions ressenties par chacun, le tout étant étroitement imbriqué : l’arrivée de cet homme amnésique réveille bien des mémoires et pousse les personnages à faire face à des souvenirs et des espoirs profondément enfouis…

Je me suis vraiment attachée à ce roman, tissant à ma manière des allers et retours entre la légende et la réalité, m’imaginant témoin silencieux des événements, retenant mon souffle parfois, clignant un oeil humide, projetant les mots sur des lieux et des îles que je peux connaître pour entrer dans le secret de cette histoire, à la suite de cet homme mystérieux et de ceux qui croisent son chemin.

Résumé (source Babelio, où vous pourrez lire de nombreux avis) :

« Une légende raconte qu’il y a très longtemps un homme, pleurant son amour perdu, entendit en marchant sur une plage de l’île de Parla, une voix portée par le vent, ces mots comme soufflés par la mer : l’espoir existe. Il se tourna alors vers la mer, et vit un homme au loin, flottant à son aise dans l’eau déchaînée. L’homme plongea et ne reparut pas. Il avait une queue de poisson. Certains le prirent pour un fou, d’autres le crurent, car cette île avait toujours charrié drames et miracles, et porté les hommes qui y vivaient comme des éléments naturels, composant sa force. L’homme retrouva celle qu’il aimait et vieillit avec elle sur les rives de l’île. Ce jour-là, sur cette même rive, le jeune Sam Lovegrove découvre le corps d’un inconnu, il s’approche terrorisé, croyant faire face à un cadavre. Puis recule en criant, car l’homme n’est pas mort. Colosse battu par les vagues, l’homme a survécu. Sam court chercher son père, son oncle et son cousin, pour l’aider à transporter le corps chez l’infirmière de l’île, Tabitha. Pour Tabitha, comme pour les quatre hommes, cette apparition est troublante, tout comme les cheveux noirs et la barbe de cet inconnu, qui réveillent les souvenirs d’un disparu. Personne n’a revu Tom depuis quatre ans. Et à présent que la rumeur de l’apparition se répand sur l’île, de proche en proche, jusqu’à la veuve de Tom, les légendes semblent tout à coup plus réelles, les hommes semblent soudain réécrire l’histoire de l’île, ramasser ses mythes sur le rivage, leurs espoirs bouillonnant dans les flots comme autant de reflets d’argent sous le vent. »

Bonne lecture à ceux qui se laisseront tenter ! Si c’est déjà fait, je serai ravie d’avoir votre écho 🙂

Les reflets d’argent par Susan Fletcher, éditions Plon collection Feux Croisés, 2013

 

Pin It on Pinterest