Après la chronique d’hier, restons dans les romans si vous le voulez bien !

Vous connaissez peut-être « Soie » d’Alessandro Baricco, ou l’histoire d’un homme éleveur de vers à soie en Ardèche au XIXème siècle, qui part chercher au Japon de nouveaux oeufs pour sauver son exploitation et celles de son village…

Comme le dit son auteur, « Soie, c’est une histoire. Elle commence avec un homme qui traverse le monde et finit au bord d’un lac silencieux. L’homme s’appelle Joncour. Le lac, on ne sait pas. On pourrait dire que c’est une histoire d’amour. Mais si c’était seulement ça, ça ne vaudrait pas la peine de la raconter. »

Un périple d’un bout du monde à l’autre, à plus d’un titre… Un livre court certes, mais dont l’histoire et l’ambiance laissent leur empreinte et ne s’oublient pas !

C’est donc avec un grand bonheur que j’ai découvert la sortie de cette nouvelle édition, illustrée par Rebecca Dautremer (illustratrice notamment des « Princesses oubliées ou inconnues ») dont j’aime beaucoup le travail.

« Illustrer Soie, c’est mettre une image sur le visage de Joncour mais pas sur celui de la mystérieuse inconnue, là-bas, au Japon. Ni sur le lac. C’est imaginer un ver à soie long d’un kilomètre, une cigarette qui parcourt le monde, Flaubert et un éléphant, un tatouage sur le torse d’un guerrier japonais, un catalogue d’objets rescapés d’un incendie et une paire de fesses, aussi. C’est mettre en image la fidélité envolée, l’amour en silence, les désirs et les souffrances. Bref, des images partout qui racontent encore, à leur manière, une magnifique histoire. » 

Que dire, sinon que cet ouvrage est un véritable bijou ? C’est tout simplement l’un des plus beaux de ma bibliothèque je crois ! Comme le disent les deux fondateurs de Tishina, ils souhaitent « créer les livres dont ils rêvent, en laissant mûrir chaque ouvrage et en imaginant le plus bel écrin pour chacun. Nous ferons peu de livres, mais nous les ferons bien ! »

 

Un travail éditorial comme on aimerait en voir plus souvent : qualité d’impression, du papier, de la jaquette (même l’intérieur est illustré !), teintes, mise en valeur du texte et des images… Entre Occident et Orient, les deux s’enrichissent, se répondent, dans une atmosphère envoûtante, tour à tour mystérieuse, étrange, désuète et délicieusement rétro…. Une merveille vous dis-je, que je ne me lasse pas de lire et de feuilleter : le texte a pris une nouvelle dimension et une nouvelle vie avec les illustrations de Rebecca Dautremer !

Vous pouvez avoir de très beaux aperçus de l’ouvrage sur le site des éditions Tishina, et sur le site de Rebecca Dautremer. Je guette maintenant la sortie des futurs ouvrages de la même collection !


Source des images : éditions Tishina et Galerie du 9ème Art

 

Pin It on Pinterest