Cela faisait longtemps que je rêvais d’avoir un rouet ancien, un rouet de conte de fée, à grande roue et en bois travaillé, vous voyez ?

Mais après une expérience malheureuse d’achat d’un rouet ancien sur une brocante qui s’est avéré impossible à réparer, je n’avais pas mis la main sur la perle rare, et n’osais pas acheter à distance uniquement sur photos sur les sites de petites annonces.

Heureusement, il y a des personnes talentueuses qui savent repérer pour nous les anciens rouets, les bichonner, les réparer, et trouver de bons artisans s’il manque des pièces ! Skimo est de celles-ci, mais par manque de place elle ne pouvait plus héberger tous ces vénérables…

Voici donc le précieux aïeul qui a trouvé refuge à l’atelier… 

… ou plutôt la précieuse aïeule ! car bien que « rouet » soit un nom masculin, c’est bien une énergie très féminine qui s’est imposée à moi avec ce vieux rouet…

Il s’agit d’un rouet finlandais du XIXème siècle ! Vous pouvez deviner sur la photo comme sa pédale est usée par le frottement du pied qui l’a actionné… C’est très émouvant de se retrouver face à un outil si ancien, mais si bien conservé… Elle en a fait des tours cette roue, enroulé des kilomètres de fils, écouté des histoires… La voici maintenant tout au bout de la Bretagne ! Skimo lui a même trouvé une quenouille (la sorte de planche très travaillée qui se trouve la plus en hauteur sur les photos !).

 

Vieille dame, grand-mère, aïeule… J’ai cherché du côté de ces mots en finnois pour donner un nom à ce beau rouet : cela donne « isoäiti », que je trouve un peu compliqué à prononcer et à mémoriser… De « grand-mère » je suis donc passé à « Mamie », ce qui donne « Mummo » que j’ai aussitôt adopté !

Et vous savez quoi ? Mummo file encore, et merveilleusement bien ! Il faut y aller avec toute la douceur et le respect nécessaires à son grand âge, mais c’est très agréable et reposant, un autre rythme qu’un rouet moderne…

 


Pin It on Pinterest