Mon amie Oonagh m’avait recommandé, avant ma première découverte de l’île d’Ouessant, de lire « le sang de la sirène » d’Anatole Le Braz. Je n’avais pas eu le temps de trouver cet ouvrage avant le départ… mais comme par magie en arrivant dans notre chambre d’hôte, l’adaptation de cette oeuvre en bande dessinée m’attendait sur la table de nuit ! Comme quoi ! Belle synchronicité…

J’ai pu ainsi me plonger dans cette lecture le soir de notre première journée sur l’île… et tomber sous le charme de cette histoire, fort bien mise en valeur par les auteurs de cette version.

Anatole, conteur, débarque sur Ouessant pour quelques jours : il y fait la connaissance de Marie-Ange Morvarc’h et des habitants de l’île, qui lui racontent volontiers les contes et coutumes d’Enez-Eussa. L’une d’elles l’interpelle fortement puisqu’elle concerne les ancêtres de Marie-Ange et la malédiction qui pèse sur les descendants de l’union d’un homme et d’une sirène…. Rumeur et légende vont malheureusement bientôt rattraper la réalité.

Je vais bien sûr me procurer la version originale d’Anatole Le Braz, car cette lecture m’a complètement bouleversée, j’en ai rêvé toute la nuit : était-ce la découverte d’Ouessant, la superposition des paysages de la journée, des noms de lieux traversés avec les planches des auteurs ? L’histoire prenait place et s’éveillait sous mes yeux. C’est toute une atmosphère qu’ont su retranscrire François Debois, Sandro et Christophe Lacroix, et qui m’a peut-être entrouvert la porte du monde de la mer d’Iroise, des mythes et des dangers de sa beauté sauvage…

Le sang de la sirène, François Debois (scénario), Sandro (dessin) et Christophe Lacroix (couleurs), éditions Soleil Celtic, 2007 – ISBN : 978-2-84946-869-2

Pin It on Pinterest